Coca Cola l’expérience éphémère

52

Si vous êtes addict au Coca Cola vous avez jusqu’au 26 juin pour découvrir l’Espace 125, un lieu éphémère installé au 107 rue la Boétie. Au programme, un parcours polysensoriel qui retrace les 125 ans de l’histoire de la marque la plus célèbre du monde. En y allant la semaine dernière, je m’attendais à la foule des grands jours, celle des habituels curieux et désoeuvrés qui zonent du coté des Champs Elysées  : personne ! A midi l’endroit était désert : pour un anniversaire, il manquait singulièrement d’invités et l’ambiance était comment dire,  « tristounette ». A propos du lieu en lui même, je l’ai trouvé étriqué, sombre, là où il aurait dû être grandiose, spectaculaire ! On s’attendait à de la démesure, quelque chose d’au moins aussi grand que la marque mythique, un Espace justement ! Non rien : pas de théatralisation, une exposition au niveau 0 de la mise en scène, un storytelling primitif : pour une marque comme Coca Cola, quelle erreur ! Pour ce qui est du parcours sensoriel, rien de mémorable : quelques animations qui tenaient plus de la Foire du Trône que de l’expérience de visite, des gimmicks ça et là, des brochures à la pelle. Quel ennui ! Même l’expo des oeuvres de Norman Rockwell, Andy Warhol et autres artistes manquait de relief, de recul, de lumière, bref de ce petit quelque chose qui fait passer les émotions. Je n’ai même pas pu me consoler au Bar La Bulle qui promet une expérience unique autour des 5 sens : au menu, des sandwichs indignes et …. toute la gamme des soft drinks Coca Cola. J’ai même failli consommer sans payer car il n’y avait personne pour servir et encaisser.

Pour vous faire une idée, je vous invite à la visite guidée : c’est parti !

En ouvrant cette armoire, on découvre des surprises : la surprise, c’est qu’on n’y trouve rien de plus que des films de la marque.

 

 

 

 

 

 

 

 

Pas de parcours sensoriel sans le sens tactile : comme dans les kermesses, on vous invite à plonger la main dans un cube pour identifier la bouteille de coca uniquement par sa forme. Là j’ai eu peur !

La bouteille de Coca à travers les ages : si le design est légendaire, la mise en scène est sommaire

Les cubes « le Sport ça me dit » : très conceptuel, on ne voit pas les activités qui sont à l’intérieur

La vitrine des produits fabriqués à partir de bouteilles de Coca cola

La chaise en bouteilles recyclées

Ici, on souffle dans des « pailles » et des bulles apparaissent sur l’écran : admirez l’interactivité !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

On s’enferme dans le spoutnik et on est sensé vivre une expérience kinesthésique et auditive inoubliable. Je n’ai pas pu testé il était en panne

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La musique n’est pas épargnée dans le parcours : on peut mixer sur un disque géant pour faire apparaitre …des infos sur la musique !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

En conclusion, l’Espace 125 ressemble bien à la Galerie expo-expérience décrite dans le Dossier de Presse. Mais rien qui fasse rêver, qui nous fasse vivre une expérience mémorable ou qui nous transporte dans l’univers polysémique de la marque légendaire. Les thèmes sont bien là : l’inconographie, les arts, les produits dérivés et les fameuses petites bouteilles mais la pauvreté de la mise en oeuvre et des effets  les remise au rang de simples artefacts. Et que dire de la convivialité ! Absente elle aussi de ce lieu vide et sans chaleur humaine.  Les attentes étaient fortes, elles ont été déçues: Coca Cola a manqué son rendez-vous avec ses fans. Dommage !

 

Laurence

Mots clefs : , , , , ,

Il y a 2 commentaires

Ajoutez le vôtre
  1. André COUPET

    Bravo , Madame Body, excellent regard , sans complaisance..et qui force à réfléchir et d’aller au-delà d’un coup de relations publiques. Vous avez vécu un moment de vérité qui pourrait avoir des effets , des retombées négatives pour la marque Coca-cola considérables.
    Heureusement pour eux , ils ne semble pas qu’ils aient fortement publicisé cet événement…
    André coupet
    Secor / europe


Laisser un commentaire