Abercrombie & Fitch : J-6

53

Avez vous remarqué comme le temps influe sur notre humeur et nous rend plus audacieux ? Un mois de soleil sans discontinuer et nous voila prêts pour toutes les expériences, y compris les pires. Il fait beau donc, je sors d’un rendez vous et j’ai une heure à tuer : je décide d’aller jeter un oeil au nouvel Abercrombie & Fitch sur les Champs Elysées juste histoire de vérifier que le magasin français est aussi insupportable que son équivalent aux USA. Comme j’approche de l’adresse j’entends des hurlements et là, je vois une centaine de types, -genre « bogosses » torse nus, jeans delavés et tongs- en train de montrer leurs pectoraux à des filles en pamoison. L’ouverture n’a lieu que dans 6 jours, mais la marque occupe déjà l’espace avec ses deux attributs les plus symboliques : les Abercrombie boys et le parfum de la marque, Fierce,  vaporisé depuis des diffuseurs, si entêtant qu’il vous colle pendant des semaines si vous avez eu le malheur de vous attarder dans le magasin plus de 15 mn. Pas d’enseigne mise à part une très discrète plaque à l’entrée, pas d’affiche ni de photo : non rien que ces deux éléments qui touchent nos sens et rien d’autre. Abercrombie n’est pas encore ouvert qu’il nous marque déjà à notre insu. C’est aussi ça le marketing sensoriel : de la testosterone et du musc -et du muscle aussi- pour réveiller l’animal qui est en nous ! C’est du joli !

Mots clefs : 

Il n'y a aucun commentaire

Ajoutez le vôtre